top of page
  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube

LE DISQUE
" Yann Cléry, flûtiste et chanteur guyanais que l’on a pu déjà apercevoir aux côtés de Mo’Kalamity ou au sein de Chlorine Free, se lance dans une aventure en solo, sobrement
intitulé
YANN SOLO. Rien à voir ici avec un space opéra, même si tel un Jedi, Yann manie avec dextérité sa flute laser et dompte habilement les machines qui l’accompagnent dans cette production musicale qui nous offre 12 titres d’exception. Dès le premier morceau d’ouverture, il annonce la couleur par l’hymne « Afropunk ». Car c’est de là que viennent ses racines : afro dans l’affirmation de sa créolité, et définitivement punk dans l’âme et l’énergie qu’il déploie. La suite de l'album s’affine subtilement et s’affirme tout en nuances sonores. Reggae dancehall avec « Starter » sur lequel Queen Omega pose sa voix en invitée, french touch aux accents de pop électropicale avec des titres comme « Eva » qui parle de la filiation, « French Accent » ou « Restons bons amis » qui tournent en autodérision une arrogance bien française ou une séparation amoureuse, trip hop avec le sublime
« Kind of Blues », petit bijou digne des meilleures heures de Massive Attack, ou ragga-jungle avec « Stop racism » et l’énergique « Furious Dancehall ». Des pérégrinations qui nous entraînent également dans un « Voyage en Flutisie », car Yann est aussi un musicien de jazz accompli qui manie avec virtuosité son instrument, convoquant les éléments « Eau » et « Feu », au cours d’interludes qui viennent ponctuer l’album ou s’adressant aux  « Vent et Lune » pour conclure cet opus. Un disque conçu entre Paris et la Guyane et mixé à Londres dans un esprit sound-system avec de grosses basses à l’anglaise mises en avant et les voix traitées comme des instruments. A ranger quelque part dans sa playlist idéale, entre Asian Dub, Tricky, Dowdelin, David Walters ou Roots Manuva..."

J.C. Delcroix, directeur du Tamanoir

LE SHOW
Seul en scène, il déploie une énergie et une sensualité qui ne laissent personne indifférent et se révèlent explosives dans son nouveau projet YANN SOLO. On croirait presque qu’il est plusieurs, homme-orchestre électro dompteur de machines, il chante, joue de la flûte et construit sa musique à base de loops samplées en direct et de programmations déclenchées en live, se dédoublant en de multiples clones, nous entraînant dans ses boucles sonores en un sound-system énergique entre ragga, hip hop, soul et improvisation jazz. Un « Nèg Marron with attitude », une sorte de « Guyane Dub Foundation » à lui tout seul, un personnage de cartoon à la Gorillaz... : c’est un peu tout ça à la fois qui ressort de ce show, prêt à enflammer les dancefloors !

LE PRESS BOOK

  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube
bottom of page